Les dieux et la musique

Introduction

Si peu de divinités sont représentées jouant d'un instrument, certaines, par leur action, leur appellation ou leurs attributs, sont associées de près ou de loin à la musique.

Mehet-Weret (la Methyer grecque), représentée sous la forme d'une vache au ventre constellé d'étoiles, porte au cou un collier ménat. Osiris, dans "Les Lamentations d'Isis et de Nephthys", est appelé "le beau joueur de sistre". Plus tardivement, Diodore de Sicile attribua la découverte de la lyre à Thot et Plutarque dans De Isis et Osiris fait de ce dieu l'inventeur de la musique.

Hathor

La reine Nefertari en Hathor

Toutefois, les textes semblent s'accorder pour désigner Hathor, ainsi que ses hypostases, comme la divinité la plus représentative du domaine musical.
Déesse universelle, tout comme Isis avec laquelle elle va finir par se confondre à partir du Nouvel Empire, Hathor est une représentante essentielle du divin au féminin.

Sous son aspect principal de grande maîtresse de l'amour charnel, elle est la déesse de la joie, de la danse, de la musique et de l'ivresse.
C'est elle qui reçoit le défunt dans la montagne occidentale dont elle est la Maîtresse. Le collier ménat, lourd collier à contrepoids dont l'agitation produisait un bruit de crécelle, et le sistre, souvent tenu par son fils, le petit dieu Ihy, sont les instruments de son culte.
Comme d'autres déesses, Hathor est l'œil de , envoyé pour anéantir l'humanité et qui, dans les mythes, fut apaisée soit au moyen d'une drogue soit grâce à la musique.

Les autres divinités

Statuette de la déesse Bastet

Bastet

Représentée comme une chatte ou, à partir de la Troisième Période Intermédiaire, comme une femme à tête de chatte tenant dans la main un sistre et un petit panier, Bastet est une déesse musicienne, incarnation de la joie, patronne du foyer et protectrice des naissances.

Les cérémonies organisées à Bubastis (en égyptien Per-bastet, "le domaine de Bastet") au moment de l'Inondation étaient accompagnées de réjouissances populaires durant lesquelles les participants dansaient, chantaient, jouaient de la musique et consommaient énormément de vin, l'ivresse étant un moyen d'apaiser la déesse afin qu'elle ne se transforme pas en lionne destructrice.

Bès

Bès est un gnome disgracieux et barbu, au visage léonin et à la langue souvent pendante, aux jambes torses, aux oreilles et à la longue queue de lion, souvent dénudé ou, à partir du Nouvel Empire, revêtu d'une peau de fauve. Fait exceptionnel, il est pratiquement toujours représenté de face, coiffé de hautes plumes. L'iconographie le représente tenant en main un grand hiéroglyphe sa signifiant "la protection" ou un instrument de musique, généralement un tambour ou un tambourin, mais aussi une harpe, une lyre ou un hautbois.

Le dieu Bès jouant du tambourinEntité bienfaisante, Bès protège les humains du mal, des reptiles, des scorpions et autres bêtes dangereuses.
Aux côtés de Bastet, Hathor, Bésèt, son double féminin, ou Taouret (la Thouéris des Grecs), il veille sur le foyer. Associé à la sexualité, il assure le bon déroulement de la grossesse et protège les femmes en couches ainsi que les nouveaux-nés.

Bès était aussi le dieu de la danse et des manifestations joyeuses. Ses attributs comportaient d'ailleurs des instruments de musique dont les sons, accompagnés de ses danses grotesques et de ses grimaces affreuses avaient pour but de faire fuir les influences néfastes tout en aidant les humains à être d'humeur plus joyeuse et plus détendue. Bès est également le patron des danseuses.

Le fait qu'il soit apparenté à la musique, la danse, la joie, l'ivresse et au plaisir sexuel ainsi que sa compétence en matière d'objets de toilette ou de beauté le rangent dans l'entourage d'Hathor aux côtés de laquelle il apparaît dans les chapelles hathoriques.
Bès est d'ailleurs présent dans le mythe de la Déesse Lointaine. Dans certaines versions, il fait partie du cortège qui accompagnait le retour de la déesse des contrées nubiennes.

Meret

Déesse de la musique instrumentale, du chant et de la danse, Meret joue le rôle d'une prêtresse musicienne dans le monde divin. De par l'action bienfaisante de son chant, elle évoque l'harmonie cosmique voulue par les dieux et représente "la parole de Maât". Toutefois Meret peut devenir une manifestation de la déesse dangereuse.
Son nom signifie "la bien-aimée", ce qui la rapproche de Hathor. Elle est représentée dans les scènes rituelles sous l'aspect d'une femme, les bras tendus devant elle.
Sous l'appellation de "Merty", les deux Meret, elle participait aux cérémonies royales comme la fête sed où elle avait à sa charge quelques danses déterminées et évoquait l'union du Double Pays.

Taouret

Cette déesse hippopotame veille sur la femme enceinte. Taouret (Thouéris) est présente au moment de l'accouchement, parfois accompagnée de Bès avec lequel elle participe à la musique et à la danse.

Les dieux-enfants

Les dieux-enfants sont pratiquement tous associés à la musique. Khonsou, tout comme Harpocrate et Nefertoum, peut tenir dans ses mains ou porter sur sa poitrine un collier ménat.
Fils de Hathor, Ihy, "le joueur de sistre", égaye les dieux, selon une tradition tardive, grâce au son de sa musique. Dans le mythe de la Déesse Lointaine, il joue du luth et de la harpe pour apaiser la déesse.


Imprimer la page Moteur de recherche Site : mode d'emploi Pour m'écrire Retour à la page d'accueil Retour à la page précédente Vers la page suivante