1/6  

Écriture et fonctionnement : Origine et fonctions de l'écriture

Naissance de l'écriture égyptienne

Selon les anciens Égyptiens, l'écriture est d'origine divine. C'est le dieu Thot, qui l'enseigna aux Hommes au cours d'une période mythique.

À la différence de l'écriture cunéiforme de Mésopotamie ou du chinois dont la genèse peut être retracée sur plusieurs centaines d'années, l'écriture hiéroglyphique semble être apparue en Égypte brusquement, dans un système déjà complet, un peu avant 3000 av. J.-C.
Peut-être cela s'explique-t-il par le fait que les écrits des premiers temps ont reçu comme support des matériaux périssables, tel que le bois, qui n'auraient pas survécu jusqu'à notre époque.
Détail de la palette de Narmer Une autre hypothèse serait que les Égyptiens auraient calqué leur système sur l'écriture sumérienne. Cependant, le fait que les hiéroglyphes sont très différents de l'écriture cunéiforme et sont directement inspirés de la faune et de la flore de la vallée du Nil laissent plutôt penser que le système s'est développé en Égypte même.

Durant les périodes préhistorique et pré-dynastique, à l'issue d'une longue période de maturation, un système d'écriture s'est mis en place parallèlement à l'unification du pays et au développement de la monarchie.

La caractéristique essentielle de la langue égyptienne écrite est qu'elle est fixe, non évolutive, du moins dans une certaine mesure. En effet, les grammaires et académies n'existant pas, elle devait évoluer, imperceptiblement. Cependant, la langue écrite étudiée à l'école et utilisée par l'élite littéraire n'est pas la même que celle parlée par la population à la même époque. En règle générale, la langue écrite, représentant un idiome standardisé imposé artificiellement, n'est pas conforme à la langue parlée.

Fonctions de l'écriture égyptienne

Facteur majeur de la civilisation égyptienne, l'écriture est un outil de communication essentiel à la gestion de l'état monarchique centralisé et de l'administration ainsi qu'au développement et à la transmission de la culture et du savoir.
Le gouvernement royal et ses représentants imposaient la langue officielle écrite d'un bout à l'autre du pays et l'utilisaient pour toutes les communications officielles : décrets royaux, lois, textes religieux, contrats, actes… L'école enseignait la langue standard officielle et non le dialecte parlé à ce moment.
Cette langue était ainsi maintenue jusqu'à ce que des circonstances généralement politiques (guerre, révolution, changement de dynastie) impose le passage à un autre dialecte ou le retour à une phase plus ancienne de la langue. Ainsi, durant les périodes où la monarchie était puissante, la langue, qui était étroitement liée à l'administration royale, pouvait rester stable à travers le temps. Par contre, en périodes de troubles et de faiblesse du pouvoir, la langue écrite subissait davantage les influences des dialectes locaux.

1/6


Écriture et fonctionnement : page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6

Imprimer la page Moteur de recherche Site : mode d'emploi Pour m'écrire Retour à la page d'accueil Retour à la page précédente Aller à la page suivante