4/5  

Le déchiffrement : La pierre de Rosette

Le cours des recherches sur les hiéroglyphes va s'accélérer avec l'expédition d'Égypte et la découverte de la pierre de Rosette. On la doit à Pierre François Xavier Bouchard (1772-1832).

Mobilisé pour l'expédition d'Égypte, ce lieutenant commande, en juillet 1799, le génie de Fort Julien, près de Rosette. Il entreprend des travaux de réaménagement du bâtiment et découvre dans les fondations une stèle de basalte noir.
La pierre de Rosette Soupçonnant l'immense valeur historique de l'objet, Bouchard remet «la pierre de Rosette» au général Menou qui la fait aussitôt transporter à l'Institut du Caire où elle sera examinée par les savants de l'expédition de Bonaparte.

Elle présente trois parties, les unes en dessous des autres, en trois écritures différentes :

  • La première, en haut, malheureusement endommagée, porte des hiéroglyphes.

  • L'écriture centrale, en démotique, est inconnue à l'époque.

  • La dernière, grecque, est facilement traduisible : il s'agit d'un décret daté de 196 avant J.-C. d'un synode de prêtres égyptiens, instituant un culte en l'honneur de Ptolémée Épiphane ; il indiquait que le texte serait aussi affiché en langue indigène.

  • Il s'agissait bien d'un bilingue :

    Enfin que ce décret soit gravé sur une stèle de pierre dure, en caractères hiéroglyphiques, démotiques et grecs.

    Pour la première fois les savants se trouvent en présence d'un texte en hiéroglyphes qui possédait une traduction dans un langage connu, le grec.
    Lors de la capitulation française, en 1801, la pierre est saisie, avec d'autres pièces, par les Anglais, comme butin de guerre. Mais les Français en avaient pris des estampages et ils en envoyèrent des copies aux savants européens. Elle est aujourd'hui conservée au British Museum de Londres.


    4/5

    Le déchiffrement : page 1 - 2 - 3 - 4 - 5

    Imprimer la page Moteur de recherche Site : mode d'emploi Pour m'écrire Retour à la page d'accueil Retour à la page précédente Aller à la page suivante