Scène 2 : Karnak, scène de jubilé

Introduction

L'analyse et la description de cette scène est la synthèse d'un échange qui a lieu sur le forum L'Égypte de Ddchampo, dans la rubrique "Les photos nous parlent...", sujet "Décryptage de photo : photo 2".

N'hésitez pas à poursuivre la discussion, à poser vos questions et à apporter vos précisions et corrections directement sur le forum. Cette page sera adaptée en fonction des commentaires.



La photographie

Cette photographie est tirée du site T&T in Egypt. Pour une vision de la scène en haute résolution, cliquez ICI.



La scène

La scène, réalisée sous le règne de Séthi Ier, se situe sur le mur nord, parement intérieur est, de la salle hypostyle du temple de Karnak.
Elle représente Séthi Ier recevant les jubilés de Rê-Horakhty et de Ouret-Hekaou.


Le relief a été retouché à plusieurs endroits.
On constate un léger doublement de la face du roi qui, à l'origine, portait une barbe plus longue. Son bras droit a également été rectifié.

Cette modification, qui n'est pas une usurpation, a pu avoir eu lieu sous Ramsès II. En effet, le roi fit adapter plusieurs registres de la salle sans pour autant y ajouter son nom.




• Au centre :

Le roi porte la barbe postiche et une perruque ibès, coiffe courte et bouclée recouvrant les oreilles. Elle est entourée d'un bandeau d'orfèvrerie frontal orné d'un uraeus, le seched, qui se termine par deux longs rubans prolongés par un uraeus.

Sur la perruque repose la couronne atef, coiffure composite formée d'une couronne blanche flanquée de plumes d'autruche et de cornes de bélier torsadées supportant deux uraeus coiffés du disque solaire.

Il est vêtu d'un pagne court retenu par une ceinture ornée d'uraeus.

Dans la main droite, il tient les symboles de la royauté : le sceptre héqa, sorte de bâton de commandement à la forme de houlette de berger, et le flagellum ou sceptre hekhakha, symbole de renaissance généralement interprété comme étant un chasse-mouches ou un instrument destiné à ramasser le ladanum.

Le roi agenouillé reçoit les années de jubilés de la part de Rê-Horakhty. Sur sa main droite tendue vers le dieu repose une sorte de cartouche allongé, protocole ornemental contenant les signes Hb-sd (fête-sed, jubilé), anx, wAs, anx, wAs, anx nb suivi du signe Hb-sd, endommagé sur le relief, et enfin le dieu Heh agenouillé sur le signe nb et tenant dans chaque main le signe ankh.

Remarque : Il existe des exemples de rituels où le roi ne reçoit pas mais offre. Ainsi, Séthi Ier pose la couronne sur la tête d'un dieu, que ce soit Amon (rituel du culte divin en Abydos - pp 239-340 d'Alexandre Moret) ou Horakhty (rituel d'Abydos - p.69, épisode 27).


• À droite :

Sous un pavillon orné d'une frise d'uraeus, le dieu Rê-Horakhty à tête de faucon est assis sur un trône surélevé sans dossier. Il est coiffé d'une longue perruque à pans surmontée d'un disque solaire et est vêtu d'un pagne court auquel est accrochée une queue de taureau.

De la main gauche, il tient un long sceptre ouas et offre les jubilés au roi à l'aide d'une longue canne annuelle de roseau (la palme jubilaire à la forme du signe renpet, le hiéroglyphe de l'année, symbole des années de règne) où est accroché un cartouche allongé descendant jusqu'à la main du roi.

Il tend le bras droit en signe de protection vers Séthi Ier.



• À gauche :

La déesse Ouret-Hekaou à tête de lionne est vêtue d'une longue tunique étroite et est coiffée d'une perruque tripartite surmontée d'un disque solaire orné d'un uraeus.

De la main gauche, elle fait un geste de protection vers le roi. De la main droite, elle offre les jubilés - Hb-sd (fête-sed, jubilé), anx wAs, anx wAs (vie, pouvoir) - suspendus à la longue tige en forme de signe renpet.

À l'extrême gauche de la scène, le dieu Thot, non visible sur la photo, inscrit le nom de couronnement du roi, Menmaâtrê, dans l'arbre isched.





Les inscriptions hiéroglyphiques

• Au-dessus de Séthi Ier :

Détail du texte en haute définition : cliquez ICI


nTr nfr Mn-mAat-Ra; sA Ra mry Imn %Ty, di anx mi Ra

Le dieu parfait Menmaâtrê (stable est la justice de Rê); le fils de Rê Séthi aimé d'Amon, doué de vie comme Rê.

Notes :
1. Ici, le signe mAat est entouré à droite du signe anx et à gauche du signe wAs.
anx wAst donne "Seigneur de Thèbes", ce qui est compatible pour la Salle Hypostyle (cf. le mry-Imn au lieu de mr-n-PtH).

2. Les signes sous les cartouches se lisent sur une seule ligne : di anx mi Ra.






• Au-dessus de Ouret-Hekaou :

Détail du texte en haute définition : cliquez ICI

(1) Dd mdw in Wrt-HkAw nbt aH sA.i
(2) mr(y) nb tAwy Mn-mAat-Ra (...)
(3) HH m (Hbw-sd ), Hfn m
(4) rnpwt Htpw
(5) smn.(i) n.k xaw n
(6) Ra Xkr mn
(7) Hr wpt.k

(1) Paroles dites par Ouret-Hekaou, la dame du palais : "Mon fils,
(2) l'aimé, le maître des Deux Terres, Menmaâtrê (...)
(3) des millions de fêtes-sed, une infinité d'
(4) années d'offrandes.
(5) Je fixe pour toi les couronnes de
(6) Rê et des ornements stables
(7) sur ton front.

Remarques:
1. Une suggestion pour la partie manquante sous le cartouche de la colonne 2 : di anx ...

2. Dd mdw in, "Paroles dites par..." est généralement suivi du nom de la divinité. Il s'agit donc d'un moyen très simple pour identifier la plupart des divinités et personnages dans une scène.




• Devant Ouret-Hekaou :

di.s anx HA.f nb

Elle place toute vie autour de lui.


Remarque : Si l'on regarde la palme jubilaire que Ouret-Hekaou tend au roi, l'on retrouve les signes de vie et de pouvoir sur la corbeille. Ces paroles de la déesse sont proches de la formule de protection qui est derrière Rê-Horakhty et semble constituer une sorte de parallèle à celle-ci.












• Devant Rê-Horakhty :

(1) Dd mdw in
(2) @r-Axty, nTr aA,
(3) smn (.i) n.k xaw Hr tp.k, XAst nb Xr Tbty.k

(1) Paroles dites par
(2) Rê-Horakhty, le grand dieu
(3) Je fixe pour toi la couronne sur ta tête, chaque pays étranger est sous tes sandales.
















• Derrière Rê-Horakhty :

sA, anx, Dd, wAs
snb nb, Awt-ib nb, HA.f nb mi Ra Dt.

Toute protection, vie, stabilité, pouvoir divin,
toute santé et toute joie sont autour de lui (ou l'entourent) comme Rê éternellement



Remarque :
HA.f nb : Notez dans cette formule que la corbeille nb, "chaque / tout" est en facteur commun avec sA, anx, Dd, wAs ; il est souvent pour des raisons plus esthétiques placé après le groupe HA.f afin d'obtenir un cadrat plus harmonieux.




































Pour vos commentaires sur cette scène :



Rubrique "Les photos nous parlent"
Imprimer la page Moteur de recherche Site : mode d'emploi Pour m'écrire Retour à la page d'accueil Retour à la page précédente