Scène : Le sema-taouy - Abydos

L'analyse et la description de cette scène a lieu sur le forum L'Égypte de Ddchampo, dans la rubrique "Les photos nous parlent...", sujet "Photo 5 : Bas-relief d'Abydos".

N'hésitez pas à poursuivre la discussion, à poser vos questions et à apporter vos précisions et corrections directement sur le forum. Cette page sera adaptée en fonction des commentaires.



La photographie

Pour une vision de la scène en haute résolution, cliquez ICI.



Le dessin d'Auguste Mariette

Cliquez sur le dessin pour l'agrandir.



L'analyse de la scène

Ce bas-relief se trouve dans le temple de Séthi Ier à Abydos (paroi nord, à droite en entrant, scène du bas, chapelle de Sethy divinisé).
La scène complète est une présentation de Séthy Ier, dont Séchat inscrit les noms, à l'ennéade par le prêtre Iounmoutef :

Rosalie David, A guide to religious ritual at Abydos, page 93

Le roi se trouve au centre d'un relief pratiquement symétrique, la partie gauche de la scène évoquant la Basse Égypte et la partie droite représentant la Haute Égypte . Il est entouré de deux déesses très souvent associées dans les scènes de légitimation du pouvoir royal, la déesse-cobra Ouadjet à gauche et la déesse-vautour Nekhbet à droite.
Les trois personnages sont assis sur des sièges à dossier bas.

Au-dessus du roi s'étendent les ailes protectrices du Béhédéty généralement représenté comme un soleil ailé muni de deux uræus dont l'effigie surmonte les lieux de passage comme les portes et les couloirs ou comme un faucon planant au-dessus du roi dans certaines scènes rituelles. Ce dieu symbolise la domination du soleil sur l'ensemble du monde.

Le roi est coiffé de la couronne composite atef : une mitre centrale surmontée d'un disque solaire et flanquée de plumes d'autruche et d'uræus, reposant sur des cornes de bélier torsadées auxquelles des uræus sont suspendus et sur lesquelles repose un disque solaire.
Il porte une barbe postiche et sa tête est recouverte du némès, son front est orné d'un uræus (absent du dessin de Mariette).
Dans la main gauche, il tient le flagellum et dans la main droite le sceptre héqa, insignes du pouvoir.
Sa poitrine est ornée d'un large pectoral et il est vêtu d'un pagne court plissé (les plis et la ceinture n'apparaissent pas sur le dessin de Mariette).

Les deux déesses sont vêtues et coiffées de façon identique, ce qui accentue la symétrie de la scène. Elles portent une longue perruque surmontée d'une coiffe en forme de dépouille de vautour sur laquelle repose un modius. Leur front est orné d'un uræus.
Comme bijoux, elles portent un bracelet (non visible sur le dessin de Mariette) et un large pectoral.
Toutes deux font un geste de protection en direction du roi.

Ouadjet est la protectrice de la Basse Égypte. Dans sa ville de Bouto, elle est associée à Horus que l'on retrouve d'ailleurs derrière elle, tenant fermement dans la main des tiges de papyrus, l'emblème de la partie Nord du pays.

Nekhbet est la patronne de la Haute Égypte. Sa plante, le lys, emblème de la partie Sud du pays, se retrouve entre les mains du dieu Thot, présent derrière elle.

Dans un même geste, Thot et Horus lient le lys et le papyrus, symbolisant ainsi l'union du Double Pays (séma-taouy signifie "la réunion des deux pays").
Contrairement au dessin, la tenue des deux dieux diffère légèrement. S'ils portent tous deux un pagne plissé auquel est fixé à l'arrière une queue d'animal (non visible sur le dessin), une bande d'étoffe coupe la poitrine de Thot.

Dans le bas de la scène, lys et papyrus sont représentés en alternance. Ces plantes héraldiques s'enroulent autour de trois signes représentant deux poumons et une trachée (F36), signe de la revivification de l'Égypte :

À l'extrême droite, derrière Thot auquel elle est très souvent associée, l'archiviste Séshat porte, sur une longue perruque à pans, la coiffure qui lui est propre : une fleur (ou une étoile) à sept pétales (ou branches). Dans la main gauche, elle tient la tige des millions d'années ainsi qu'une palette de scribe, élément essentiel pour la déesse de l'écriture. De la main droite, elle semble écrire dans un cartouche, à l'aide d'un calame, le nom de roi de Haute et de Basse Égypte. Elle revêtu son costume de prêtresse : une robe étroite recouverte d'une peau de félin dont on peut voir, dans le bas, la queue et les pattes.



Le texte

Partie de droite

  • Colonnes 1 et 2 : le nom du roi



    Translittération :

    nTr nfr mn-mAat-ra,
    sA ra stXy-mr-n-ptH

    di anx wAs mi ra

    Traduction :

    Le dieu parfait, Menmaâtrê (Stable est la Vérité de Rê),
    le fils de Rê, Séthy Merenptah (L'homme de Seth, aimé de Ptah),
    doué de vie et de pouvoir comme Rê.

    Remarques :

    - La lecture se fait dans l'ordre suivant :
    (2) nTr nfr (formule très souvent utilisée pour désigner un roi défunt) + le nom dans le cartouche
    (1) sA ra + le nom dans le cartouche
    et ensuite la formule d'eulogie située sous les cartouches : di anx wAs mi ra.


    - Les cartouches nous confirment qu'il s'agit bien de Séthy Ier.



  • Colonnes 3 à 7 : l'union des deux Égyptes

    Translittération :

    (3) Dd mdw in nxbt HDt nxn awy.i
    (4) m sA.k Hr Xnm Haw.k nb tAwy mn-mAat-ra
    (5) Dd mdw in DHwty nb xmnw sA.i nb xaw stXy mr-n-ptH
    (6) smA.n(.i) n.k rsy mHw r iTt tAwy m mAa-xrw
    (7) tAw nbw xAswt nbwt Xr rdwy Hm.k Dt

    Traduction :

    (3) et (4) Paroles dites par Nekhbet la Blanche de Nekhen : "Mes deux bras
    (4) sont ta protection en s'unissant à (en enveloppant) tes membres, maître des Deux Terres, Menmaâtrê".
    (5) Paroles dites par Thot, maître d'Hermopolis : " Mon fils, maître des couronnes, Séthy Merenptah,
    (6) j'ai uni pour toi la Haute et la Basse Égypte pour que tu puisses prendre possession des Deux Terres triomphalement.
    (7) Toutes les terres et tous les pays étrangers sont sous les pieds de Ta Majesté, éternellement.

    Remarques :

    (3) Les deux premiers signes visibles (O49 et X1) ne sont pas repris sur le dessin d'Auguste Mariette.
    Il s'agit de la fin du nom de Béhédety (bHdty). Sur la planche 30 de Calverley , The Temple of the King Sethos I at Abydos, on peut voir de part et d'autre du disque ailé : bHdty nTr aA , Béhédety, le dieu vénérable.

    (3) À propos de nxbt HDt nxn (Nekhbet, la Blanche de Nekhen) :
    Lu dans le Wörterbuch : à l'époque ptolémaïque HDt-nxn est devenu le nom d'Hiérakonpolis. Ce qui explique que l'on retrouve des expressions comme nxbt nbt HDt-nxn. Intéressant ce glissement de HDt, erreur devenue normalité ou autre chose ?

    (4) m sA.k : il s'agit d'un m d'état.

    (4) Hr Xnm (Hr + infinitif) : Extrait du cours d'égyptien hiéroglyphique de Michel Guay : "En français, cette construction porte l'idée de être en train de faire quelque chose (litt.: sur le faire quelque chose, en égyptien ancien). En traduction, comme il s'agit souvent d'une subordonnée circonstancielle concomitante (son action se déroulant en même temps que celle de la proposition principale), nous pouvons utiliser le participe présent ou les conjonctions "lorsque", "alors que", "tandis que". Selon le contexte, le temps peut être au passé comme au présent."

    (6) r iTt : r + infinitif, pour indiquer le but, avec un sens de futur "afin de", "pour".

    (6) mAa-xrw qui se traduit habituellement par "juste de voix, justifié" peut, précédé de m, se traduire par "triomphe" (cfr le Wörterbuch II,16 qui donne "in Rechtfertigung" et "in Triumph" pour m mAa-xrw.)
    m + substantif = adverbe, soit "triomphalement".
    Notons également que le dernier signe (P8, xrw) est inversé sur le dessin de Mariette par rapport au texte original.



  • Colonnes 8 à 13

    Translittération :

    (8) Dd mdw in sSAt wrt nbt pr-mDAt
    (9) Nxbt WADyt dpyt rnnw nb Hptw nfrw.f nswt-bity Mn-mAat-ra.
    Mk wDw smn.tw nsyt.f
    dt.i Hr sS m aHaw.f aA

    (10) mi prrt m r(A) n ra ar.i m HH
    (11) ryt.i m Dt. pAs.i m HHw
    (12) nw Hbw-sd aSAw wrt
    (13) n nswt-bity Mn-mAat-ra.

    Traduction :

    (8) Paroles dites par Séshat la grande, maîtresse de la maison des écrits :
    (9) "Ce sont Nekhbet et Ouadjet de Dep qui nourrissent la Majesté et qui portent dans leurs bras (enlacent) ses perfections de roi de Haute et de Basse Égypte, Menmaâtrê.
    Vois ! Il a été ordonné qu'on établisse sa royauté.
    Ma main inscrit sa grande durée de vie
    (10) conformément à ce qui sort de la bouche de Rê, mon calame étant pour (= en tant que) l'éternité-neheh,
    (11) mon encre pour l'éternité-djet et mon godet pour les millions
    (12) de très nombreuses fêtes-sed
    (13) en faveur du roi de Haute et de Basse Égypte Menmaâtrê."

    Remarques :

    La colonne de texte qui, dans le dessin de Mariette, se trouve sous la main de Séshat est en fait le prolongement de la colonne 9 du relief original.

    (9) rnnw et Hptw : nous avons ici une phrase coupée avec une ellipse de in contenant deux participes actifs imperfectifs (gémination du premier). Il ne s'agit pas de pseudo-participes.

    (9) wD(w) : inaccompli passif

    (9) smn.tw : prospectif

    (10) prrt : participe passif imperfectif



    Partie de gauche

  • Colonnes 1 à 3

    Translittération :

    (1) Dd mdw in WADyt dp(y)t p(y)t
    (2) awy.i HA.k m
    (3) anx wAs nswt-bity Mn-mAat-ra.

    Traduction :

    (1) Paroles dites par Ouadjet, celle de Dep et de Pé :
    (2) "Mes deux bras sont autour de toi sous forme de (avec)
    (3) vie et force, le roi de Haute et de Basse Égypte, Menmaâtrê".

    Remarques :

    dp(y)t p(y)t : "celle de Dep et de Pé", les deux cités constituant la ville de Bouto.




    (2) Mariette n'a pas retranscrit le signe G17 (m).



  • Colonnes 4 à 9



    Translittération :

    (4) Dd mdw in Hr bHdt(y) smAw tAwy Xr.k
    (5) r-rdwy Hr nb aH iww n.k iwntyw
    (6) styw SmAw n xnt-Hn-nfr
    (7) iw Hm.k mn.w Hr-tp srx mi
    (8) rwD itm m iwnw
    (9) [...] mn-mAat-ra wnn-nfr mry





    Traduction :

    (4) Paroles dites par Horus d'Edfou : "Les Deux Terres ont été réunies sous toi
    (5) aux pieds d'Horus, seigneur du palais, toi à qui viennent les Iountyou
    (6) de Nubie et les méridionaux de Khenthennefer,
    (7) car ta Majesté est établie durablement sur le trône comme (de la même manière que)
    (8) Atoum prospère dans Héliopolis.
    (9) [...] Menmaâtrê aimé d'Ounnefer.








    Remarques :

    (4-5) À la colonne 4, c'est Horus d'Edfou (= de Behéded) qui parle, alors que c'est Horus, fils d'Isis, évoqué à la colonne 5 qui agit. Cela explique pourquoi du côté droit de la scène, au-dessus de Thot (colonne 6), on a smA.n(.i) alors qu'ici smAw (4) est un passif.

    (5) Wb II, 461, 17-19 donne pour r-rdwy : "aux pieds" dans le sens de "auprès de", "chez" qui se retrouve en copte sous la forme "erati".

    (5) iww n.k : participe imperfectif passif (de verbe intransitif) utilisé dans une construction complexe avec n.k.

    (7) mn.w : parfait

    (7) srx : "trône", dans Wb IV, 200.



  • Colonne derrière Horus en cours d'essai de traduction


    Translittération
    :

    wnn Hr sA (i)st (...) smA Smaw-t(A) Hna mHw-t(A) Xr nst sA.f mn-mAat-ra Dt


    Traduction :

    Puisse Horus, fils d'Isis (...) unir la Haute-Égypte avec la Basse-Égypte sous le trône de son fils Menmaâtrê éternellement.


    Remarques :

    Xr nst, sous le trône : les signes Xr, g et nst sont souvent confondus et sont ici dessinés de la même façon aussi bien chez Mariette que sur le relief.






    Pour en savoir plus :

    - Christiane Desroches-Noblecourt, Les déesses et le Sema-Taouy (document en format .pdf).





    Pour vos commentaires sur cette scène :



    Rubrique "Les photos nous parlent"
    Imprimer la page Moteur de recherche Site : mode d'emploi Pour m'écrire Retour à la page d'accueil Retour à la page précédente