3/15  

Nicolas Grimal
Histoire de l'Égypte ancienne

Les premiers rois

Les deux premières dynasties (3150-2700) qualifiées de thinites par Manéthon, du nom de leur ville d'origine supposée, This, non loin d'Abydos, commencent avec Aha. On n'en connaît que ce que nous révèlent la Pierre de Palerme et les tombes trouvées à Memphis et à Abydos. Si Aha ne fait qu'un avec Narmer, c'est lui qui a fondé la ville de Memphis et qui a introduit le culte du crocodile Sobek dans le Fayoum ainsi que le culte du taureau Apis. On suppose qu'il a organisé le pays nouvellement unifié en menant une politique de conciliation avec le Nord. Si son règne fut pacifique, il inaugure une série de guerres qui mèneront ses successeurs contre les Nubiens et les Libyens et entreprend le commerce avec la Syro-Palestine.

Le règne de Djer amplifie la politique extérieure du pays : expéditions en Nubie jusqu'à Ouadi Halfa, peut-être en Libye et au Sinaï. Il poursuit l'organisation du pays sur le plan économique et religieux, fonde le palais de Memphis et se fait inhumer à Abydos. À en juger par le mobilier funéraire trouvé dans les tombes de ses contemporains, son règne a dû être prospère.

Calendrier et datation

Il est probable que dans un premier temps, les Égyptiens utilisaient un calendrier lunaire avant d'opter pour un calendrier fondé sur un phénomène facilement observable, la crue du Nil. Ils répartirent l'année en trois saisons de quatre mois correspondant au rythme agricole déterminé par la crue. La première est l'inondation (Akhet), la deuxième la germination (Peret) et la troisième la récolte (Chemou).Or le début de la montée des eaux est observable à Memphis au moment du lever héliaque de Sirius (le 19 juillet). Le phénomène était déjà observé sous le règne de Djer : une plaquette d'ivoire datant de son règne, sur laquelle est représentée une vache couchée portant entre ses cornes une pousse de plante, symbolise la déesse Sothis, l'étoile de Sirius.

La fin de la dynastie

Le successeur de Djer, Ouadji (Serpent) mena une expédition vers la mer Rouge, dans le but probable d'exploiter les mines du désert oriental. Den (Ousaphaïs chez Manéthon), le quatrième roi, a laissé le souvenir d'un règne glorieux et riche. Il mena une politique extérieure vigoureuse tournée vers le Proche-Orient et une politique intérieure active. Il est le premier à ajouter à sa titulature le nom de "roi de Haute et de Basse Égypte" (nysout-bity). Le règne de Den est évalué à près d'un demi-siècle, ce qui explique la relative brièveté de celui de son successeur Adjib , suivi par Semerkhet puis par Ka qui clôture la Ire dynastie.

La IIe dynastie

Khasekhem

Le pouvoir semble s'être déplacé vers Memphis. Les trois premiers rois de la IIe dynastie se font enterrer à Saqqara : Hotepsekhemouy ("les Deux Puissants sont en paix"), Nebrê ("Rê est (mon) maître") et Ninéter ("celui qui appartient aux dieux"). Les successeurs de Nineter , Ouneg et Senedj ne sont guère connus que par les listes royales et des inscriptions sur vases provenant de la tombe de Djoser. Il se pourrait que leur pouvoir se soit limité à la région memphite. Le dernier a été contemporain du roi Peribsen dont on connaît la sépulture à Abydos, que lui aménagea son successeur local Sekhemib ("l'homme au cœur puissant"). Ces éléments invitent à penser que les relations entre les deux royaumes se sont détériorées vers la fin du règne de Ninéter. Les choses changent avec Khâsekhemouy ("les Deux Puissants sont couronnés") qui réunifie le pays, et entame une vigoureuse politique de construction. À la suite de Manéthon, on arrête la période thinite à son règne sans raison particulière. La dynastie est déjà davantage memphite que thinite et le règne de Khâsekhemouy voit la fin des affrontements entre le Nord et le Sud ainsi que la mise en place définitive des structures économiques, religieuses et politiques du pays.

La monarchie thinite

L'essentiel des institutions est déjà en place. Le principe de la transmission du pouvoir par filiation directe sur lequel repose l'institution pharaonique fonctionne déjà. De même, le roi porte désormais les trois noms qui constituent la base de la titulature : le nom d'Horus qui exprime la nature de l'hypostase du dieu héritier du trône, celui du roi de Haute et Basse Égypte (nysout-bity) et, depuis le roi Semerkhet, un nom de nebty qui est probablement le reflet de la carrière du prince héritier antérieure à son couronnement.

L'organisation de la maison royale est désormais ce qu'elle sera dans les siècles qui suivent. Le palais, construit en brique, abrite en même temps les appartements privés, le harem, et l'administration. Le roi assume théoriquement l'ensemble du pouvoir et est assisté par de hauts fonctionnaires. Une double institution, la chancellerie de Basse Égypte et celle de Haute Égypte, se charge par l'intermédiaire de scribes, du recensement, de l'organisation de l'irrigation et tout ce qui touche au cadastre. Elle s'occupe de la collecte des taxes et de la redistribution des biens qui sont versés à des "trésors" et des "greniers" spécialisés dans les céréales, les troupeaux, la nourriture en général.
Ces organes du pouvoir central traitent avec des rouages locaux qui sont répartis en provinces que les Grecs ont appelées "nomes" et les Égyptiens sepat puis qâh (22 nomes pour la Haute Égypte, 20 pour la Basse Égypte) sous la responsabilité des nomarques.

On ne sait rien de l'organisation militaire du pays mais on peut supposer que le système en vigueur par la suite est déjà en place.

On peut se faire une bonne idée de l'architecture d'après les représentations de forteresses, le plan de la partie fortifiée d'Abydos ou l'enceinte archaïque de Hierakonpolis. Pour l'architecture civile, on est réduit essentiellement aux pions de jeux représentant des maisons et aux représentations des façades de palais trouvées dans les tombes. Ces dernières constituent la principale source d'information de l'art thinite : objets d'ivoire et d'os, la "faïence égyptienne", la céramique et les vases en pierre.
La petite statuaire est abondante et variée. La grande statuaire, elle, est encore rugueuse et figée.


3/15


Imprimer la page Moteur de recherche Site : mode d'emploi Pour m'écrire Retour à la page d'accueil Retour à la page précédente Vers la page suivante