6/15  

Nicolas Grimal
Histoire de l'Égypte ancienne

L'effondrement

La délimitation appelée Première Période Intermédiaire s'étend sur un siècle et demi de la fin de la VIe dynastie jusqu'à la victoire définitive de la dynastie thébaine et la réunification de l'Égypte. Elle ne fut pas considérée comme telle par les contemporains ni dans le découpage de Manéthon.

La crise que connu l'Égypte est probablement liée à plusieurs facteurs : la décadence du trop(?) long règne de Pépi II, l'effondrement de la VIe dynastie lors de la succession de Nitocris, des changements climatiques, une période de famine et de violence…

Les héritiers

Selon Manéthon, la VIIe dynastie comprendrait 70 pharaons ayant régné chacun 70 jours. Cette formulation traduit une période où de multiples prétendants se disputaient le trône, probablement après la mort de Nitocris (2140 av. J.-C.). On attribue 17 rois à la VIIIe dynastie dont cinq reprennent le nom de couronnement de Pépi II : Néferkarê. Peut-être s'agit-il de ses fils ou de ses petits-fils.

Le Delta est aux mains d'envahisseurs venus de l'Est appelés "Asiatiques" par les Égyptiens. Le pouvoir des rois se limite à la région de Memphis.

Hérakléopolitains et Thébains

Avec l'appui d'Assiout, les princes d'Hérakléopolis, capitale du riche 20e nome de Haute-Égypte, s'arrogent le pouvoir. Méribrê Khéty Ier fonde la IXe dynastie (2160-2130), suivie de la Xe dynastie dont les rois se posent en successeurs de la lignée memphite.

Cependant, la Xe dynastie, contrairement à la IXe, ne prétend plus au contrôle de tout le pays et reconnaît l'existence de sa rivale thébaine en Haute-Égypte, la XIe dynastie.Troupe d'archers nubiens

L'autobiographie d'Ankhifi mentionne cette période d'opposition entre les dynasties thébaine et hérakléopolitaine. Nomarque d'Hiérakonpolis, Ankhifi dut lutter contre les princes thébains lors d'un épisode où le souverain d'Hérakléopolis, peut-être Néferkarê VII, se heurte au fondateur de la dynastie thébaine, Antef Ier (successeur de Antef "l'Ancien" et de Mentouhotep Ier) qui devient maître du Sud. Antef II reprend la lutte dont le cadre se situe cette fois en Moyenne-Égypte.

L'opposition entre le Nord et le Sud n'est pas une guerre constante mais plutôt un état de paix précaire durant lequel le pays réussit à vaincre la famine et les troubles sociaux. Le souverain hérakléopolitain Khéty III chasse les Bédouins et les Asiatiques du nord de l'Égypte et réorganise l'unité du Nord. Au Sud, Thèbes est maîtresse de toute la Haute-Égypte jusqu'au sud d'Assiout où se livrèrent les derniers combats. La réunification finale y est réalisée par le fils d'Antef III, Mentouhotep II qui ouvre le Moyen Empire.

Sagesse et pessimisme

Face à l'affaiblissement du pouvoir et de l'image de la royauté, face à l'effondrement de certaines valeurs de la société, l'angoisse et le pessimisme qui en résultent s'expriment dans les œuvres littéraires.

L'enseignement de Mérikarê que le roi Khéty III adresserait à son fils date de la période hérakléopolitaine et est connu par trois copies de la XVIIIe dynastie. On peut établir un parallèle avec un autre Enseignement attribué à Amenemhat Ier (XIIe dynastie) :
- abondance des citations littéraires supposant une vaste culture livresque.
- le père donne à son fils des directives pour réussir sa vie et son métier : la transmission du savoir de génération en génération garantit l'ordre.
- remarquable lucidité sur le métier du roi.
- préoccupation de l'au-delà.

Statue du chancelier NakhtiLe Dialogue du Désespéré avec son Ba est un constat désespéré d'un homme face à une vie où règne la violence des méchants.

Le Conte du Paysan est connu par des versions de la fin de la XIIe et de la XIIIe dynastie. Il nous donne de précieuses informations sur la société et la morale de la Première Période Intermédiaire. Un paysan, sous le règne de Nebkaourê Khéty II est victime d'un intendant cupide. Il demande justice au gouverneur des domaines qui transmet sa supplique au roi. Ce dernier le laissera plaider neuf fois avant de lui donner enfin gain de cause lorsque le plaignant se remet, en désespoir de cause, entre les mains d'Anubis.

L'individu face à la mort

Dans les Textes des Sarcophages dont les premiers exemples apparaissent à la fin de l'Ancien Empire, une idée nouvelle se développe : le mort se retrouve devant le tribunal d'Osiris. S'il a respecté l'équilibre incarné par Maât, Osiris l'accueillera parmi les bienheureux.

L'art provincial

Chaque école développe sa propre tendance tout en maintenant les canons memphites. De nouveaux matériaux, comme le bois, sont utilisés.


6/15


Imprimer la page Moteur de recherche Site : mode d'emploi Pour m'écrire Retour à la page d'accueil Retour à la page précédente Vers la page suivante