12/15  

Nicolas Grimal
Histoire de l'Égypte ancienne

Le temple de Karnak

Le site a abrité le temple de Montou, le dieu local, probablement dès l'Ancien Empire et est attesté sous Antef Ier sous le nom de "la demeure d'Amon".
L'aire historique couverte par l'ensemble des temples de Karnak va de la XIe dynastie à la fin de l'époque romaine.
Le site comprend trois ensembles : le temple d'Amon-Rê Montou (Karnak-nord), celui d'Amon-Rê et celui de Mout (Karnak-sud) qui reçoit un culte en tant que mère de Khonsou.
Il faut y ajouter Louxor qui est son "harem méridional".

À l'origine, le temple était compris dans un espace situé entre la future salle des fêtes de Thoutmosis III et le sanctuaire de la barque sacrée, la "cour du Moyen Empire". Il devait comporter, outre le sanctuaire proprement dit, deux salles en enfilade, qui constituaient les éléments minimum du temple.
Le temple s'est agrandi vers l'ouest et concurremment vers l'est par la création et le développement d'un "contre-temple" solaire orienté vers le soleil levant.
Dans le même temps, l'allée processionnelle nord-sud qui relie les enceintes de Montou, d'Amon-Rê et de Mout s'est étendu également.

Thoutmosis Ier

La disposition d'origine ne semble guère évoluer jusqu'au règne de Thoutmosis Ier qui commence à le transformer avec l'aide de son architecte Inéni.
Thoutmosis Ier a enclos le sanctuaire dans une cour fermée par un pylône (V) contenant une salle hypostyle et des colosses royaux. Le tout était fermé par une seconde enceinte dans laquelle s'ouvrait un second pylône (IV).
Devant la face occidentale, il dispose deux obélisques dont un subsiste encore aujourd'hui. L'ensemble constitue l'Ipet-Sout, "Celle qui recense les places" proprement dit.

Hatchepsout et Thoutmosis III

La principale étape suivante correspond au règne d'Hatchepsout et de Thoutmosis III, le second défaisant ou modifiant ce qu'avait fait la première.
Hatchepsout installe contre la façade occidentale du sanctuaire des chambres d'offrandes qu'elle fait précéder d'un reposoir de barque, "la chapelle rouge".
Obélisque de Hatchepsout Au milieu de la salle hypostyle de Thoutmosis Ier, elle fait ériger deux obélisques de granit rose d'Assouan dont seul subsiste celui du nord, en avant du Ve pylône.
Elle accole à l'enceinte orientale de Thoutmosis Ier un sanctuaire consacré au soleil levant, pourvu de deux obélisques qui sera remplacé par la salle des fêtes de Thoutmosis III.
Elle entreprend probablement la construction du temple de Mout et remplace, dans l'allée processionnelle, le VIIIe pylône de briques par une construction en pierre.

Thoutmosis III construit un nouveau pylône (VI) où il fait figurer la bataille de Meggido.
Il triple la colonnade de Thoutmosis Ier et remplace le plafond en bois par un plafond de pierre.
Il sépare en trois la salle à l'est du VIe pylône pour en faire une salle centrale et deux salles latérales.
Il remplace le sanctuaire au soleil levant d'Hatchepsout par un temple de régénération appelé Akh-menou où il recevra, lors de la fête-sed, la puissance divine.
Il enferme ces constructions dans deux enceintes. À l'est de cette dernière enceinte, il érige un contre-temple à l'occasion de son jubilé.

Amenhotep, Thoutmosis IV, Amenhotep III

Amenhotep II travaille également à Karnak mais des modifications importantes ne sont apportées que par Thoutmosis IV et surtout Amenhotep III. Elles ne bouleverseront plus l'aspect d'Iset-Sout. L'essentiel porte désormais sur les parties avant du temple, c'est-à-dire vers l'ouest, la voie processionnelle ou des Obélisque unique de Thoutmosis IVconstructions extérieures au sanctuaire proprement dit.

Thoutmosis IV élève un obélisque dans le contre-temple oriental de Thoutmosis III, le tekhen wâty, "l'obélisque unique". Faisant plus de 33 mètres, c'est le plus haut obélisque connu qui sera transporté à Rome pour décorer le cirque Maxime.
À l'ouest du IVe pylône, Thoutmosis IV implante un monument à piliers dont une partie sera réutilisée par Amenhotep III pour la construction du IIIe pylône.

Amenhotep III édifie en brique le Xe pylône qui sera remplacé par un de pierre sous Horemheb.

La fin de la XVIIIe dynastie

Pendant la révolution amarnienne, les seuls travaux concernent le temple d'Aton qu'Amenhotep IV fait édifier à l'est.

L'activité reprend timidement sous Toutankhamon qui consacre, outre les deux statues d'Amon et Amonet de la cour du VIe pylône, peut-être quelques-uns des criosphinx, sphinx à tête de bélier, le long de la voie d'accès.

Horemheb construit trois des dix pylônes du temple : le IXe, le Xe qu'il rebâtit en pierre et le IIe qui sera achevé sous Ramsès Ier.
Il décore de criosphinx l'allée reliant le Xe pylône au temple de Mout.
Ses constructions lui permettent de faire disparaître la plus grande partie des monuments d'Amenhotep IV qui sont réutilisés pour bourrer les IIe et IXe pylônes.

Les Ramessides

Salle hypostyleSéthi Ier dote le temple de la spectaculaire salle hypostyle nommée "le temple de Séthi-Mérenptah est lumineux dans la Demeure d'Amon" dont Ramsès II achève la décoration. Deux fois plus large que profonde, elle consiste en deux travées de soixante-six colonnes monostyles réparties en sept rangées de part et d'autre de la colonnade centrale campaniforme formée de deux fois six colonnes édifiées par Amenhotep III. Les murs extérieurs visibles par le peuple sont décorés par les campagnes militaires de Séthi Ier au nord et de Ramsès II au sud.

Ramsès II aménage la voie d'accès en avant du IIe pylône par un dromos de criosphinx, le "chemin des béliers" conduisant au quai-débarcadère.

Séthi II flanque le débarcadère de deux obélisques et fait élever un reposoir de barque en avant du IIe pylône.

Ramsès III en construit un à son tour, de l'autre côté de l'axe : c'est un modèle réduit de temple avec son propre pylône précédé de colosses royaux, une cour à péristyle, une hypostyle et un sanctuaire. Les murs extérieurs sont décorés de scènes de procession des barques divines vers Louxor lors de la fête d'Opet.

Les dernières dynasties

Chéchonq Ier borde l'espace de la future cour du Ier pylône par deux portiques et la ferme par un portail qui sera remplacé par le Ier pylône; il repousse alors les criosphinx de l'allée centrale sur les côtés nord et sud de cette nouvelle cour.

Puis Taharqa, à la XXVe dynastie, construit un kiosque en avant du vestibule du IIe pylône.

Les murs d'enceinte ont été restaurés par Montouemhat sous le règne de Taharqa mais l'enceinte telle qu'elle se présente aujourd'hui date de la XXXe dynastie comme probablement le Ier pylône qui est resté inachevé.
Elle couvre un périmètre de 480 m sur 550 m et est constituée de murs d'environ 12 m d'épaisseur pour 25 m de haut. Ils sont faits de lits de briques crues alternativement convexes et concaves de façon à reproduire l'ondoiement des flots de Noun qui limitent l'univers représenté par le temple, lieu de la création.

L'évolution est loin de se limiter aux grandes lignes de celles de l'axe est-ouest. Il y a encore, au nord, le temple de Ptah construit par Thoutmosis III et restauré sous les Ptolémées. À l'est, les sanctuaires orientaux d'Amon-Rê Horakhty. On peut encore citer, entre autre, le temple de Khonsou, les chapelles d'Osiris

12/15


Imprimer la page Moteur de recherche Site : mode d'emploi Pour m'écrire Retour à la page d'accueil Retour à la page précédente Vers la page suivante