15/15  

Nicolas Grimal
Histoire de l'Égypte ancienne

Les Perses en Égypte

Les Perses n'appliquent pas à l'Égypte le régime de leur pays. Certes, la Vallée va devenir une satrapie, mais les rois de Suse vont régner sur l'Égypte en tant que pharaons, adoptant tous une titulature complète et continuant l'œuvre de leurs "prédécesseurs" égyptiens.
Les travaux entrepris par Cambyse II (525 - 522) au Ouadi Hammamat ainsi que dans d'autres temples d'Égypte confirme cette politique de respect des sanctuaires et des cultes nationaux.
Toutefois, Cambyse II tente en vain de s'emparer de la Nubie et de ses oasis.

Temple de Hibis dédié à Amon, édifié par Darius dans l'oasis de KhargaDarius Ier (522 - 485) lui succède et monte sur le trône en 522. Il met en place le satrape Phérendatès. Le roi fait compléter le percement du canal de Nékao II entre la mer Rouge et la Méditerranée et met en valeur les écoles de pensée égyptiennes.
En 490, les Grecs défont les Perses à Marathon. Le Delta en profite pour se révolter en 486. Darius Ier meurt avant de pouvoir intervenir.

C'est Xerxès (486-465) qui lui succède, mate la révolte et met son fils Achaiménès à la tête de la satrapie d'Égypte. La défaite de Xerxès à Salamine et son assassinat encourage de nouveau les Égyptiens à la révolte : ils passent aux actes sous le règne de son successeur, Artaxerxès Ier (465-424) qui était monté sur le trône perse en 465.

Inaros, dynaste libyen fils du dernier Psammétique, regroupe les forces nationalistes éparses dans le Delta et se déclare roi. Athènes lui envoie une escadre pour l'aider à affronter les Perses qui malgré tout l'emportent et remplacent Achaiménès par Arsamès à la tête de la satrapie. La Grèce et la Perse font la paix et pendant une génération, le calme revient dans le pays.

Mais le feu qui couvait éclate après les troubles qui marquent la succession d'Artaxérès à Suse. Son successeur Darius II (424-405) prend le pouvoir en 425 et redonne vie à la politique de conciliation de Darius Ier.

Les cités grecques, tout particulièrement Sparte, encouragent le principal foyer de rébellion qui se trouve à Saïs. Amyrtée (404-399) se fait couronner pharaon l'année de la mort de Darius II et fonde la XXVIIIe dynastie dont il sera l'unique représentant. En moins de quatre ans, son pouvoir est reconnu jusqu'à Assouan.
La quasi-absence de réaction de Suse s'explique par la querelle de succession qui déchire les Perses à la mort de Darius II : une lutte fratricide entre Artaxerxès et Cyrus II.

Le retour à l'indépendance

Amyrtée ouvre la dernière période d'indépendance nationale. Elle va durer moins d'un siècle, de 404 à 343 et verra deux dynasties succéder à la XXVIIIe : la XXIXe qui ne dure que vingt ans et la XXXe qui en dure tout juste le double.

Néphéritès Ier (399-393) succède à Amyrtée en 399. À sa mort, vers 394-393, deux factions rivales se disputent le pouvoir. Le fils de Néphéritès règne quelques mois mais son autorité est contestée par Psammouthis (393) qui ne règne qu'un an, cédant la place à Achoris (393-380).

Sous le règne d'Achoris, les grands travaux reprennent dans les temples : à Louxor, Karnak, Médinet Habou, Elkab, Tôd, Médamoud, Éléphantine… Le commerce est florissant et l'Égypte est de nouveau présente au Proche Orient, mais pour se contenter de participer indirectement, aux côtés des cités grecques, à la lutte contre les Perses.
Lorsque les cités grecques renoncent à combattre les Perses, le satrape Pharnabaze peut enfin se tourner vers l'Égypte. C'est Achoris qui supporte le choc des armées perses dont les tentatives se soldent d'abord par un échec.

À la mort d'Achoris, sa succession n'est pas aisée. Son fils Néphéritès II (380) est rapidement détrôné par Nectanébo Ier (380-362). Athènes s'associe aux Perses pour marcher sur l'Égypte qui parvient à repousser les envahisseurs.
L'Égypte échappe à une nouvelle invasion et s'assure une paix durable puisque les Perses ne reviendront que trente ans plus tard, en 343.

La dernière dynastie indigène

Statue de lion couché de Nectanébo IerNectanébo Ier fait faire de nouvelles constructions, des restaurations ou des embellissements dans presque tous les temples d'Égypte. L'armée égyptienne est renforcée.

Depuis 365, Nectanébo Ier a associé au trône son fils Tachos (362-360). Ce dernier commence les préparatifs de guerre dès 361 et prend de lourdes mesures fiscales, qui le rendront impopulaire, afin de payer les mercenaires grecs. Tachos prend le commandement de l'armée égyptienne qui se dirige par voie de terre et de mer le long de la côte vers la Phénicie.
Il a laissé la régence du pays à son frère Tjahépimou qui, profitant du mécontentement général contre Tachos, fait proclamer roi son fils Nectanébo. Tachos est forcé de s'enfuir auprès du Grand Roi, en Perse.

Alexandre le GrandNectanébo II (360-343) règne durant 18 ans au cours desquels il multiplie constructions et restaurations de temples. Malgré l'influence montante de la Macédoine, l'Empire perse a repris le contrôle de l'Asie Mineure et il ne lui manque que la reconquête de l'Égypte.

En 343, Artaxerxès marche sur l'Égypte. Nectanébo II doit s'enfuir, marquant la fin de l'indépendance égyptienne.

Le nouveau Maître de l'Univers

L'hégémonie perse ne dure même pas dix ans. Au printemps de 334, Alexandre franchit l'Hellespont. Il vainc les satrapes au mois de mai puis Darius lui-même à Issos à l'automne. À l'automne de l'année suivante, le satrape Mazakes remet l'Égypte à Alexandre sans combat. L'oracle d'Amon reconnaît en lui le nouveau Maître de l'Univers.


15/15


Imprimer la page Moteur de recherche Site : mode d'emploi Pour m'écrire Retour à la page d'accueil Retour à la page précédente Vers la page suivante