3/10  

L'Ancien Empire

Sous cette monarchie dite memphite, les souverains ayant installé leur capitale et le siège de l'administration centrale à Memphis, l'Égypte antique connut, durant près de cinq siècles, une de ses périodes les plus prospères de son histoire.

Des tombeaux pour l'éternité

Le plateau de GizehLe roi Djoser, probable premier pharaon de la IIIe dynastie, aidé de son ministre (vizir) Imhotep, fait édifier la première pyramide.

Pour la première fois, Imhotep utilise la pierre et non la brique crue habituelle. Il édifie à Saqqarah un tombeau royal, escalier élevé vers le ciel. Il s'agit en fait de sept mastabas en retrait l'un de l'autre.

Suivront les grandes pyramides de Gizeh, témoignages de la grandeur des pharaons de la IVe dynastie : Chéops, Chéphren, Mykérinos.

Le roi devient fils de Rê

Dès la Ve dynastie, sous l'influence du clergé d'Héliopolis, le roi, incarnation d'Horus, devient le fils du dieu-soleil, primordial et créateur. Son pouvoir n'est pas seulement social mais cosmique : il est garant de l'inondation, du rendement des champs, de la vie-même de tout son peuple. Il est "celui qui maintient Maât". Le couronnement royal manifeste ces qualités par le roi et le hebsed (jubilé trentenaire) renouvelle une ou plusieurs fois sa puissance personnelle.

Une politique extérieure active

Les pharaons, Snéfrou principalement, mais également Sanakht, Chéops, Sahourê, Niousserê, Pépi Ier et Pépi II se lancent dans des expéditions par-delà les frontières :

- Les expéditions et l'exploitation des mines du Sinaï amènent le cuivre et le turquoise.
- La Nubie fournit l'ivoire, l'ébène et l'or.
- Les campagnes contre les Soudanais rapportent de gros butins.
- Du côté de l'Asie, on ramène le bois précieux du Liban : les cèdres de Byblos.
- On a retrouvé des vases et objets de l'Ancien Empire aussi bien en Asie Mineure qu'en Crête, ce qui laisse supposer des rapports commerciaux avec le monde méditerranéen.

Ces expéditions sont contrôlées par la "Grande Maison" (peraha, en ancien égyptien, d'où le nom de "pharaon").

L'administration

Depuis la IIIe dynastie, un vizir secondait le roi. Une administration très bureaucratique et très hiérarchisée permettait la concentration des ressources entre les mains de pharaon.
Le pouvoir du pharaon était absolu : il prenait une part active à la conduite de ses affaires, mesurait la hauteur de la crue, recrutait les ouvriers, conduisait les expéditions minières et militaires, présidait les cérémonies officielles et veillait sur la construction des édifices sacrés.
Vu la multiplicité des tâches, il dut donc déléguer une partie de son pouvoir aux nomarques. Ces hauts fonctionnaires de l'administration provinciale, se succédant de père en fils, devinrent de puissants administrateurs qui ne tardèrent pas à considérer "leur" nome comme leur zone personnelle et contribuèrent au déclin de la puissance du roi et à la fin de l'Ancien Empire.

3/10

Chronologie : page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10


Imprimer la page Moteur de recherche Site : mode d'emploi Pour m'écrire Retour à la page d'accueil Retour à la page précédente Vers la page suivante