9/13  

Auguste Mariette

Ses chantiers de fouilles : Meïdoum

Le mastaba de Rahotep et de Néfret

Statues de Rahotep et NefretDurant l'hiver 1871, l'archéologue amateur Vigne obtient l'autorisation d'effectuer des fouilles aux alentours du complexe funéraire de Snéfrou (IVe dynastie) situé à Meïdoum.

Au nord de la pyramide, il met à jour un gros bloc de calcaire de cinq mètres de long sur trente centimètres d'épaisseur.
Devant l'importance de la découverte, les travaux sont immédiatement arrêtés.

Mariette, retenu à Boulaq pour la préparation de l'opéra Aïda, délègue sur place Albert Daninos non sans lui avoir donné des instructions précises :

"Vous vous assurerez scientifiquement de la nature de l'édifice découvert; vous verrez si cet édifice est un temple, un palais ou un tombeau; à quelle époque il remonte. Vous en ferez un plan provisoire, et s'il est possible, vous m'apporterez un estampage des hiéroglyphes.

Vous prendrez vos mesures pour que pas une pierre ne soit touchée, ni enlevée. Il est indispensable que tout reste en son état primitif jusqu'à nouvel ordre. Si par hasard, des statues s'y trouvent, elles doivent être laissées scrupuleusement en place. Vous savez aussi bien que moi que l'intérêt d'une découverte réside surtout dans la possibilité de constater où tout se trouve. Il y a là des remarques scientifiques à faire qui sont souvent fécondes en résultats."
Lettre à Albert Daninos, 21 décembre 1871
Statue de Néfret (détail) Statue de Rahotep (détail)

Le mastaba appartient au prince Rahotep, général et fils de Snéfrou, ainsi qu'à son épouse Néfret. À la demande de Mariette, les deux splendides statues de calcaire peint trouvées dans la chapelle sont acheminées vers le musée de Boulaq.



Le mastaba de Nefermaât et de Atet

En janvier 1872, Mariette se rend sur le site accompagné de Luigi Vassoli.
Ils mettent à jour une dizaine de tombes dont celle que partage avec son épouse Atet le vizir de Snéfrou, Néfermaât.

Restitution de la paroi de la chapelle de Atet

Le fragment peint que Mariette fait conduire au musée de Boulaq, les célèbres oies, fait partie d'une vaste composition murale ornant la chapelle d'Atet.

Les oies de Meïdoum (détail) Les oies de Meïdoum (détail)

Les murs du mastaba de Nefermaât sont, quant à eux, décorés d'une série de reliefs sur calcaire incrustés de pâtes colorées, technique rarement utilisée en Égypte.

Après avoir fait les relevés et pris des estampages, Mariette préserve le tombeau en en condamnant l'entrée.

Retour à la carte


Sources :
- Collectif sous la direction de Marc Desti, Des dieux, des tombeaux, un savant. En Égypte sur les pas de Mariette Pacha. Catalogue de l'exposition du même nom organisée à Boulogne-sur-Mer. Somogy - Éditions d'Art, 2004.

9/13

Auguste Mariette : page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13

Imprimer la page Moteur de recherche Site : mode d'emploi Pour m'écrire Retour à la page d'accueil Retour à la page précédente Aller à la page suivante