Astarté

Déesse originaire d'Asie occidentale, forme de l'Ishtar assyro-babylonienne, Astarté est représentée entourée d'animaux ou debout sur un fauve. On la voit également à cheval ou dressée sur un char, coiffée d'une couronne flanquée de plumes.

Tout comme Sekhmet ou Anat, autre divinité étrangère, il s'agit d'une déesse belliqueuse et guérisseuse, protectrice du roi au combat. Elle symbolise également la fécondité et l'amour, ce qui l'associe étroitement à Hathor et à Isis.

Parfois qualifiée de fille de ou de Ptah, elle peut être l'épouse de Seth ou de Baâl.

Son culte, attesté à partir de la XVIIIe dynastie, s'implanta principalement dans le Delta où plusieurs sanctuaires lui étaient dédiés. Elle possédait également un temple à Memphis et à Edfou.

Astarté à cheval, dessin de Leclant d'après une stèle du RamesseumNous disposons d'un texte fragmentaire, probablement écrit sous le règne d'Horemheb (papyrus de la collection Pierpont Morgan, New York), attestant l'origine étrangère de la déesse et expliquant comment elle prit place dans le panthéon égyptien : une divinité, Yam, dieu de la mer selon Gustave Lefèvre, veut imposer sa loi aux autres dieux. Pour l'apaiser, ceux-ci font appel à Astarté, "la fille de Ptah, déesse irascible et violente". Un messager se présente à elle, "les scandales trouées et les vêtements déchirés", aspect qui donne à penser que le voyage fut long et difficile et que la déesse vivait dans des contrées lointaines. Astarté parvient à séduire le dieu, provoquant les acclamations de l'Ennéade qui lui offre une place parmi eux.



Imprimer la page Moteur de recherche Site : mode d'emploi Pour m'écrire Retour à la page d'accueil Retour à la page précédente