Atoum

Atoum et la création

Dans la cosmogonie héliopolitaine, Atoum incarne le démiurge. Son nom signifie à la fois "la totalité de ce qui est" et "ce qui a cessé d'exister". Le dieu porte donc en lui la notion de création et de néant.

Avant la création du monde, Atoum flottait dans les eaux du Noun. Prenant conscience de lui-même, "Celui qui vint à l'existence par lui-même" émergea des eaux primordiales, à Héliopolis, sur une colline de limon ou une pierre pyramidale, le ben-ben.
Poursuivant son œuvre, il créa l'univers tout entier et, soit en crachant, soit en se masturbant, engendra le premier couple divin : Shou et Tefnout, les "jumeaux d'Atoum".

Dans le chapitre 175 du Livre des Morts, Atoum annonce à Osiris qu'à la fin des temps, il retournera au Noun sous la forme d'une anguille ou d'un serpent, tout en conservant en lui la potentialité d'une nouvelle création du cosmos.

Atoum et Rê

Sous la IIe dynastie, le démiurge Atoum fut étroitement associé à , le soleil, source de lumière et de chaleur, père du pharaon, sous le nom de Atoum-Rê.


Selon la théologie héliopolitaine, la course du soleil revêtait trois aspects différents qui sont autant de khépérou, successions d'individualités momentanées que la divinité est capable d'assumer : le soleil levant (le scarabée Khépri), le soleil à son zénith (Rê-Horakhty) et le soleil couchant (Atoum).
C'est donc sous la forme d'Atoum que l'astre solaire regagnait le domaine invisible, parcourait le monde nocturne et se préparait à renaître.


"En incluant un dieu créateur dans le cycle solaire vieillissant, on y place l'amorce du cycle suivant. Ceci explique pourquoi Atoum désignait le soleil couchant, ce qui peut sembler paradoxal pour un dieu créateur."
Michel GUAY, L'Égypte des pharaons. CD-Rom, Média 360 inc, 1998.

Représentations

Dès le début de l'Ancien Empire, Atoum, "Souverain des Deux Terres" est le protecteur de la monarchie et de la pyramide royale. Son image anthropomorphe est celle d'un homme coiffé de la double couronne (pschent).
Dans les Textes des Pyramides, il apparaît comme le tertre originel qui surgit de l'océan primordial.
Lorsqu'il incarne le soleil couchant, il prend les traits d'un vieillard ou d'un homme à tête de bélier.

Dans les Textes des Pyramides, la seule compagne d'Atoum est sa main personnifiée. Plus tard, les théologiens lui associèrent Témèt et, sous sa forme d'Atoum-Rê, Iousaâs ou Nebèthetepèt.

Atoum possédait un temple important à Héliopolis. Il fut la divinité principale de Pithôm, dans le Delta. Il avait également un lieu de culte à Kherâha, au sud du Caire, où il était vénéré comme "Celui qui réside dans la ville" et où il pouvait se manifester sous la forme d'un singe éliminant de ses flèches les forces du chaos.

Ses animaux sacrés étaient le lion, le serpent et l'ichneumon.


Imprimer la page Moteur de recherche Site : mode d'emploi Pour m'écrire Retour à la page d'accueil Retour à la page précédente