Chapitre III : Le pouvoir de la magie

Qu'est-ce que la magie pour les Égyptiens ?

L'Égypte a toujours été considérée comme le pays de la magie ("Heka") depuis Moïse et Aaron, qui n'étaient pas peu fiers d'avoir battu les magiciens égyptiens, jusqu'à nos modernes légendes de malédiction des Pharaons.

Héka sur la barque solaireNous possédons beaucoup de documents et d'amulettes relatifs à la magie, sans oublier les textes, qui, sans en parler explicitement, décrivent néanmoins des procédés magiques.

Dans les textes les plus anciens, la magie est une énergie dont sont chargés les rois et les défunts.
Mais la magie peut également être mangée ("wnm"), donnée, reprise ou dérobée
(5). Les Égyptiens lui associent les images de la lumière et du feu.

Dans les Textes des sarcophages, Heka apparaît comme un dieu primordial. Elle accompagne le soleil dans son périple nocturne et aide Seth ou Isis à vaincre Apophis.

Paroles, écrits, images et objets magiques

Même si ce sont surtout les paroles prononcées qui libèrent les énergies magiques, une formule magique pouvait agir sans être récitée, par le seul fait d'être mise par écrit. Ceux qui la portaient étaient ainsi protégés, même s'ils ne savaient pas la lire.
Les formules magiques peuvent être gravées sur des rouleaux de papyrus, des stèles, des sarcophages, des ostraca, des statuettes d'envoûtement que l'on brisait ensuite rituellement, etc.
La magie peut être présente dans des objets, comme des bâtonnets et des amulettes ; elle imprègne également l'eau qui a coulé sur les textes des stèles magiques.
Notons que, si les amulettes sont rares à l'apogée de l'Ancien Empire, l'époque tardive ne craindra pas de concentrer la puissance divine dans des figures panthéistes.

Le nom du roi possède une efficacité magique, de même que des représentations comme celle du massacre des ennemis (qui protège l'espace sacré des temples) ou celle du jugement des morts.

Même si les juges des morts sont incorruptibles, la magie conjuguée de l'image et du verbe peut s'avérer utile (voir le chapitre 30 du Livre des Morts qui conjure le cœur de ne pas s'opposer au défunt).
À noter que ceci ne remplaçait pas la nécessité d'un comportement juste ; la magie lui confère seulement une sécurité supplémentaire, une efficacité renforcée.

Magie et médecine

Le médecin égyptien n'agit pas autrement lorsqu'il associe thérapie rationnelle et magie : il s'agit de combiner tous les remèdes possibles. D'ailleurs, lorsqu'il savait le malade condamné, il n'utilisait pas la magie seule.
À remarquer aussi que les formules magiques sont généralement rares dans les textes médicaux.

Magie et religion

Alors que la prière et l'offrande visent à se concilier les puissances supérieures, la magie vise à les contraindre à obéir au thaumaturge. (La contrainte est surtout employée dans les filtres d'amour).

Magie et éthique

Bien sûr, comme nos techniques actuelles, la magie peut être la meilleure ou la pire des choses, et tomber entre les mains de personnes sans scrupules. Isis a d'ailleurs montré le mauvais exemple en contraignant par la magie à lui révéler son nom secret ! (6)

De même, des conjurés utilisèrent la magie contre Ramsès III. (7)

Mais, fondamentalement, les dieux ont donné la magie aux hommes pour leur venir en aide dans des situations qu'il n'est plus possible de dominer par des moyens normaux.


Notes (cliquez sur le chiffre pour remonter dans le texte) :

(5) Elle est en quelque sorte à la fois corpusculaire et ondulatoire !

(6) Voir Le Conte d'Isis et de Rê

(7) Voir les complots du harem.


TABLE DES MATIÈRES

Imprimer la page Moteur de recherche Site : mode d'emploi Pour m'écrire Retour à la page d'accueil Retour à la page précédente Aller à la page suivante