1/7  

Les Pharaons et l'Histoire

La Préhistoire de l'Égypte et l'émergence de la royauté

Le Néolithique

Bénéficiant d'un écosystème exceptionnel, les chasseurs-pêcheurs-cueilleurs de la vallée du Nil mirent plus de temps à se sédentariser que leurs voisins du Proche-Orient.

Ce n'est qu'à la fin du VIe millénaire qu'apparaissent les premières cultures néolithiques, d'abord dans l'oasis du Fayoum puis à Mérimdé Beni Salâme dans le Delta occidental.

À l'autre extrémité du territoire, au VIIe millénaire, une culture originale s'est développée dans la région du Nil moyen : le Néolithique de Khartoum.

La culture de Badari

Vers 4200 av. J.-C. se développe en Haute-Égypte un ensemble culturel homogène dont le matériel funéraire révèle déjà une société complexe et inégalitaire, la culture de Badari.

Culture Amratienne ou Nagada I

Vers 3800 av. J.-C. l'aire d'occupation s'étend vers le Sud, l'agriculture céréalière s'intensifie et le phénomène de hiérarchisation s'accélère. Cette phase porte le nom d'Amratien (du site d'El Amrah) ou Nagada I.

À la même époque en Basse-Égypte se développe une culture de pasteurs-agriculteurs entretenant des relations privilégiées avec le Proche-Orient. En revanche, les importations de Haute-Égypte sont très modestes.

Culture Gerzéenne ou Nagada II

La situation change au milieu du IVe millénaire. Les chefferies nagadiennes s'étendent vers le Nord jusqu'au-delà du Delta et vers le Sud jusqu'à la deuxième cataracte.
Le processus de hiérarchisation s'accentue, les tombes de l'élite révèlent des objets luxueux : poignards au manche décoré, bijoux, palettes à fard...
On donne à cette phase le nom de Gerzéen (du site de Gerzeh) ou Nagada II.

Nagada III

Une nouvelle phase située entre 3300 et 2900 voit apparaître des proto-royaumes ainsi que les débuts de l'écriture.

Naissance de la royauté

Palette aux vautoursLes palettes de l'époque prédynastique (palette aux vautours, palette au taureau, palette du tribu libyen) offrent les premières attestations du souverain, représenté sous la forme d'un lion ou d'un taureau, massacrant ses ennemis. Il domine une société qui s'urbanise et se protège, comme le montre la figuration de cités fortifiées.

Vers 3200, les serekh, premier nom d'une titulature qui s'enrichira au cours du temps, apparaissent sans inscription. Ils décrivent le palais royal, démontrant déjà l'importance du palais sur le plan économique et administratif.

À partir de Ka, le premier titre royal se compose de trois éléments : le palais, le faucon Horus, divinité tutélaire d'Hiérakonpolis, et d'un phonogramme, épithète du dieu.

Vers 3000, Narmer présente sur sa célèbre palette l'image achevée du pharaon d'Égypte : la royauté s'affirme en tant qu'institution. Roi de Haute et de Basse-Égypte, massacreur des ennemis, unique représentant du dieu sur terre, il est cette fois représenté sous un aspect humain.

Les demeures d'éternité

La mort du roi constitue une menace pour l'ordre du monde. Les funérailles royales et l'importance accordée à sa demeure d'éternité sont donc hautement significatives.

Vers 3800, des personnages de haut rang étaient déjà enterrés à Abydos, dans la nécropole d'Oumm el-Qaab.

La tombe U-j datée approximativement de 3300 marque cette aristocratie d'un sceau royal. Construite en briques crues, divisée en douze chambres, la tombe a été pillée mais contenait un équipement funéraire remarquable. Sur les pots à anse ondulés que l'on y trouva figurent des signes considérés aujourd'hui comme les premières inscriptions hiéroglyphiques reconnues.

Sous Aha, deux éléments essentiels constituent le fondement du complexe funéraire royal : la tombe elle-même et une aire rectangulaire destinée à la célébration des cérémonies. Des tombes dites "subsidiaires" viendront s'y annexer.

Sous la IIe dynastie, les souverains abandonnèrent Abydos pour Saqqara.

Ainsi la monarchie issue d'une aristocratie née dans la région d'Hiérakonpolis s'est imposée en accaparant progressivement tous les pouvoirs.


Source :
"La Préhistoire de l'Égypte et l'émergence de la royauté" par Béatrix Midant-Reynes dans "Pharaon", Paris, Flammarion et IMA, pp 18-28.


Voir aussi sur ce site :
- La Préhistoire : naissance d'une civilisation
- L'Époque archaïque
- Nicolas Grimal, Histoire de l'Égypte ancienne (résumé) : De la Préhistoire à l'Histoire
- Nicolas Grimal, Histoire de l'Égypte ancienne (résumé) : La période thinite

Les pharaons et l'Histoire : page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7

1/7

Imprimer la page Moteur de recherche Site : mode d'emploi Pour m'écrire Retour à la page d'accueil Retour à la page précédente Vers la page suivante