2/7  

Les Pharaons et l'Histoire

Un empire de pierre. Les constructions de pyramides de l'Ancien Empire

Ancien Empire et pyramides

Sous l'Ancien Empire (2700-2200; IIIe à VIIIe dynastie) on assiste à un renforcement du pouvoir et à la centralisation de l'État. C'est également une période de paix qui permet au roi de se consacrer pleinement à la réalisation de grands projets.

La construction d'une pyramide est une véritable entreprise nationale : le monument est non seulement le centre du culte perpétuel du roi divin mais aussi le symbole des énormes ressources en matériaux et en main-d'oeuvre dont disposait le pharaon. Tous participaient à la construction du complexe funéraire royal, tout un appareil bureaucratique s'est mis en place à cet effet.

C'est également l'époque où l'art égyptien atteint, par sa simplicité, son élégance et un réalisme parfaitement maîtrisé, le sommet de sa perfection. Ultime manifestation de ce style, la pyramide, forme simple et élégante, solidement ancrée sur terre mais dressée vers le ciel reflète la stabilité et le pouvoir incontesté du roi.

Origine du tombeau pyramidal

Les tombes royales des souverains de la Ire dynastie et de certains souverains de la IIe dynastie étaient des chambres souterraines probablement recouvertes d'un petit tumulus de sable.
À Saqqara, les tombeaux de grandes dimensions des hauts dignitaires et des membres de la famille royale de la Ire dynastie possédaient une superstructure en forme de mastaba .
Un grand tumulus était aménagé au-dessus du puits menant au caveau de certaines tombes de l'époque thinite.

Ce tumulus évoque la butte primordiale émergeant de l'océan où le démiurge s'établit pour créer l'univers. L'image est également liée à la crue du Nil dont les eaux, en se retirant, laissent apparaître des îlots de terre au-dessus des zones inondées.

Djoser

Le plan de la pyramide de Neterikhet (Djoser), fondateur de la IIIe dynastie, était à l'origine un simple mastaba qui se transforma au cours d'agrandissements successifs en une structure massive à six degrés.

La signification du monument changea parallèlement à ces remaniements. Ce n'était plus seulement la butte primordiale sur laquelle le roi défunt, en tant qu'incarnation du démiurge, se tenait pour donner naissance à l'univers. La pyramide à degrés devint un escalier permettant à l'âme du souverain de s'élever vers le ciel.

La brièveté du règne des autres rois de la IIIe dynastie ne leur permit pas d'achever leur complexe funéraire, ce qui nous laisse peu d'indices sur l'évolution des tombes royales de cette époque.

Snéfrou

Snéfrou, premier roi de la IVe dynastie fit construire son premier complexe funéraire à Meïdoum. La chambre sépulcrale est aménagée au sein même de la pyramide à huit degrés.
Meïdoum inaugure une nouvelle disposition qui restera la norme durant tout l'Ancien Empire. Alors qu'auparavant la pyramide placée au centre était entourée par des édifices cultuels et des espaces sacrés, elle est maintenant le point focal de la progression linéaire créée par les autres structures.

À la XVe année de son règne, Snéfrou abandonne le complexe funéraire de Meïdoum et sa capitale pour le site de Dahchour situé plus au nord où il fait édifier les deux premières pyramides à faces lisses.

La pente relativement accusée de la première pyramide du site obligea les architectes à réduire l'angle d'inclinaison au cours de la construction. Cette double pente valut à l'édifice le nom moderne de "pyramide rhomboïdale". Elle fut malgré tout achevée et recouverte de calcaire.

La pyramide lisse ajoute une signification solaire. Elle rappelle le Benben, la pierre sacrée conservée dans le temple de Rê à Héliopolis, qui figurerait le faisceau des rayons du soleil se répandant sur la terre.

Chéops

Fils de Snéfrou, son successeur Chéops (ou Khoufou) transféra la cour à Gizeh où, profitant de l'expérience antérieure, il fit construire la plus grande pyramide que le monde ait jamais connue.

Son complexe funéraire comporte un temple-haut, cinq fosses de barques, une chaussée, une pyramide satellite, un temple-bas, trois petites pyramides de reines et deux cimetières pour les membres de la famille royale et les hauts dignitaires de la cour.

Didoufri

Didoufri, fils et successeur de Chéops, choisit le site d'Abou Roach pour construire sa pyramide qui resta inachevée.

À une époque où le culte de Rê était étroitement lié à la royauté, il est le premier à porter le titre de "fils de Rê" qui fera désormais partie de la titulature royale.

Chéphren et Mykérinos

À la mort de Didoufri, son frère Chéphren (ou Kâfrê) monte sur le trône et choisit de revenir à Gizeh pour construire sa pyramide à côté de celle de son père. Son complexe funéraire comporte un élément unique : le sphinx.

Le fils et successeur de Chéphren, Mykérinos (ou Menkaourê) construisit sa pyramide sur le même site.

On a découvert à Gizeh un vaste cimetière où étaient enterrés les hommes et les femmes qui participèrent à la construction des pyramides et, plus à l'est, les installations prévues pour loger et nourrir les ouvriers. Ces découvertes opportent de précieuses informations sur la vie de ces classes modestes.

La Ve dynastie

Ouserkaf, fondateur de la Ve dynastie fit construire sa pyramide à Saqqara. Ses successeurs, Sahourê, Neferirkarê, Chepseskarê, Neferefrê et Niouserrê préférèrent Abousir.
Leurs pyramides étaient relativement petites mais comportaient un abondant décor de reliefs.

Ounas, dernier pharaon de la Ve dynastie, édifie sa pyramide à Saqqara. On lui doit l'introduction au sein de sa demeure d'éternité des "Textes des Pyramides", recueils de formules magiques destinées à aider le souverain dans son voyage vers l'au-delà.

La fin de l'Ancien Empire

La plupart des souverains de la VIe dynastie furent inhumés à Saqqara.
Par contre, à cette époque, les hauts fonctionnaires préfèreront le plus souvent être enterrés dans les cimetières situés dans les nomes, siège du pouvoir local, plutôt qu'au côté de leur roi. Ce changement serait l'un des signes révélateurs d'une décentralisation du pouvoir.

Avec la mort de Pépi II, l'Égypte sombre dans la Première Période Intermédiaire.
En l'absence d'une monarchie forte et centralisée, il n'était plus possible d'organiser un chantier de construction d'une pyramide. On n'en connaît qu'une seule pour les dynasties suivantes, celle du roi Ibi de la VIIIe dynastie.

Il faudra attendre les grands souverains du Moyen Empire pour que revivent les techniques et le savoir-faire développés durant l'Ancien Empire.


Source :
"Un empire de Pierre. Les constructions de Pyramides de l'Ancien Empire" par Zahi Hawass dans "Pharaon", Paris, Flammarion et IMA, pp 26-37.

Voir aussi sur ce site :
- L'Ancien Empire
- Nicolas Grimal, Histoire de l'Égypte ancienne (résumé) : L'Ancien Empire


Les pharaons et l'Histoire : page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7

2/7

Imprimer la page Moteur de recherche Site : mode d'emploi Pour m'écrire Retour à la page d'accueil Retour à la page précédente Vers la page suivante