3/7  

Les Pharaons et l'Histoire

Le Moyen Empire

Le Moyen Empire, qui s'étend de la XIe à la XIVe dynastie, est une des plus brillante période de l'Égypte. Pourtant peu de monuments ont été conservés : construits généralement en calcaire fin, ils ont pratiquement tous disparu dans les fours à chaux alors que les constructions de granit de l'Ancien Empire et celles en grès du Nouvel Empire sont parvenus jusqu'à nous.

La XIe dynastie

La XIe dynastie, celle des Montouhotep ("Montou-est-satisfait") se place sous la figure du dieu guerrier Montou.

Après la reconquête commencée par Antef Ier, Antef II et Antef III contre le pouvoir hérakléopolitain, le règne de Nebhépétrê Montouhotep II marque le début de la renaissance thébaine en prenant Hérakléopolis et en étendant sa domination du Sud au Delta. Il relance la dynamique des chantiers et les ateliers se reconstituent. Le souverain choisit le site de Deir el-Bahari pour édifier sa demeure d'éternité.

Son successeur Séânkharê Montouhotep III organise des expéditions dans le désert de l'Est au Ouadi Hammamat.

Sous le bref règne de Nebtaouyrê Montouhotep IV ont lieu des expéditions vers les mines d'améthyste de Ouadi el-Houdi au sud d'Assouan et vers les carrières de pierre de Bekhen au Ouadi Hammamat. Avec lui s'achève la XIe dynastie dans une atmosphère de troubles.

La XIIe dynastie

D'origine thébaine, Amenemhat Ier réserve à sa ville natale le rôle de métropole religieuse animée par le clergé d'Amon mais édifie sa capitale dans le nord, à Licht, où il fait construire sa pyramide.
Le nom arabe de cette ville (El-Icht) est la contraction de "Itch-taouy" dont le sens, "Amenemhat-saisit-le-Double-Pays", souligne le rôle fondamental joué par le roi dans la réunification de l'Égypte. Soucieux de la sécurité du pays, il réaménage à l'est un cordon de forteresses, "les Murs du Prince".
Amenemhat Ier meurt assassiné.

Sésostris Ier concrétise les efforts de son père dans les domaines politique et religieux.
Le site de la future Avaris est occupé afin de prévenir les infiltrations asiatiques.
Le roi procède à la réouverture des circuits commerciaux. La Nubie est dominée et une expédition est menée vers Pount.
Les déserts de l'Est et de l'Ouest sont contrôlés et explorés.

Sésostris Ier entreprend un vaste programme de construction et de rénovation dans les villes dédiées au dieu Montou, à Éléphantine, à Thèbes (où la chapelle blanche de Karnak a pu parvenir jusqu'à nous), à Coptos, Licht, Héliopolis, Memphis...

Il accorde une attention particulière à Abydos qui devient la ville sainte par excellence car d'une part, le site fut le lieu d'affrontements entre les partis hérakléopolitain et thébain dans la première partie de la XIe dynastie et, d'autre part, parce que Osiris y est assimilé à une divinité locale, Khentymenty.
Les croyances osiriaques adaptées à toutes les classes sociales font leur apparition officielle sur la scène religieuse égyptienne.

Licht, où furent bâties les pyramides de Amenemhat Ier et de Sésostris Ier ainsi que la nécropole des membres de la cour, renoue avec la tradition des villes de pyramides de l'Ancien Empire. Ces pyramides de taille modeste, faites de pierres et de briques, ne monopolisent pas tous les efforts, ce qui permet l'ouverture d'autres chantiers sur l'ensemble du pays.

Amenemhat II, fils de Sésostris Ier, a laissé peu de vestiges des monuments qu'il fit construire. Il mène une politique asiatique et tente d'établir des protections en Palestine méridionale en nouant des relations avec certaines villes cananéennes. Il choisit Dahchour pour implanter sa pyramide et la nécropole des personnages de la cour.

Sésostris II construit sa pyramide à Illahoun, à l'entrée du Fayoum, et Kahoun, la grande ville administrative qui lui est attachée.

Sésostris III marque une ère de conquêtes sur l'Asie et sur la Nubie où il établit un cordon de forteresses jusqu'à la deuxième cataracte, ouvrant ainsi la route de l'or qui permet d'acheter la paix du côté de l'Asie.

Aouibrê Hor reste un personnage énigmatique dont on a conservé la totalité du mobilier funéraire.

Amenemhat III mène une politique davantage centrée sur la collaboration et l'échange.
Il met le Fayoum en valeur, étendant ainsi la superficie des terres agricoles. Après avoir construit une première pyramide à Dahchour, il fait élever son monument principal à Awara, au nord du Fayoum, et fait de Chedyt-Crocodilopolis sa capitale. Son temple funéraire est considéré comme un des chefs-d'oeuvre de l'Antiquité.

La XIIe dynastie s'achève avec les successeurs de Sésostris Ier, Amenhemat IV et sa soeur Sébeknéfrou.



Les XIIIe et XIVe dynasties

Les XIIIe et XIVe dynasties nous sont moins connues. Elles s'étendent sur 136 années et sont composées de souverains n'appartenant pas à la même lignée dont les règnes éphémères se succèdent.
Le pouvoir royal s'affaiblit. La responsabilité administrative passe aux mains de l'aristocratie et du vizir. Le pays connaît des crues catastrophiques et le Delta devient de plus en plus perméable à l'immigration asiatique.


Source :
"Le Moyen Empire" par Sydney H. Aufrère dans "Pharaon", Paris, Flammarion et IMA, pp 38-47.

Voir aussi sur ce site :
- La Première Période Intermédiaire
- Le Moyen Empire
- Nicolas Grimal, Histoire de l'Égypte ancienne (résumé) : La Lutte pour le Pouvoir
- Nicolas Grimal, Histoire de l'Égypte ancienne (résumé) : Le Moyen Empire


Les pharaons et l'Histoire : page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7

3/7

Imprimer la page Moteur de recherche Site : mode d'emploi Pour m'écrire Retour à la page d'accueil Retour à la page précédente Vers la page suivante