4/7  

Les Pharaons et l'Histoire

Le Nouvel Empire

La XVIIIe dynastie

Une fois de plus dans l'histoire de l'Égypte, l'unification du pays vient du Sud. La victoire qu'Ahmosis remporte sur les Hyksos, qui contrôlaient le nord du pays, marque le début du Nouvel Empire.

Aménophis Ier s'efforce, comme son prédécesseur, de protéger les frontières : à l'Est contre les Asiatiques et au Sud contre les Nubiens.
Tout comme Ahmosis, il choisit de se faire inhumer dans la nécropole thébaine de Dra Abou el-Naga et apporte une modification radicale en dissociant son temple funéraire de sa tombe.

Thoutmosis Ier n'étant pas de sang royal, il épouse la fille d'Aménophis Ier afin de consolider son pouvoir.
Il entreprend des travaux de construction et de restauration dans le temple de Karnak. Il est le premier à faire construire sa tombe dans ce qui deviendra la Vallée des Rois.

La reine HatchepsoutThoutmosis II renforce la légitimité de son accession au trône en épousant sa demi-soeur, Hatchepsout. À sa mort, son fils Thoutmosis III, né d'une épouse secondaire, n'est qu'un enfant. C'est Hatchepsout qui devient régente, assume les pleins pouvoirs et prend même la fonction de pharaon. Elle laisse un magnifique temple funéraire à Deir el-Bahari.

Thoutmosis III marque la principale expansion impérialiste de l'Égypte ancienne en élargissant les frontières du pays jusqu'en Asie occidentale et en Nubie.
Il entreprend également d'important travaux de construction dans l'ensemble de l'Égypte.

Son fils Aménophis II doit rapidement faire face à des troubles venant de Palestine, de Syrie et de Nubie.

Thoutmosis IV mène quelques expéditions militaires en Nubie et en Syrie.

Grâce aux efforts de ses prédécesseurs, Amenophis III hérite de l'État le plus stable et le plus durable de tout le Proche-Orient, ce qui lui permet de développer l'art, l'architecture et la littérature et de mener des projets de constructions considérables dans tout le pays.
Il s'efforce de promouvoir le culte du roi divin vivant, peut-être dans le but de contrecarrer la puissance croissante du clergé d'Amon.

Amenophis IV/AkhenatonSi l'empire est prospère lorsqu'Aménophis IV monte sur le trône, la frontière septentrionale du pays est rapidement menacée par les Hittites. Pourtant une crise interne prend le pas sur les affaires étrangères : substituant aux anciennes divinités un dieu unique, Aton, dont l'image est le disque solaire, le roi jette les bases d'une véritable révolution religieuse.
Le souverain prend le nom d'Akhenaton ("Celui qui est utile à l'aton"), introduit un style radical dans les arts plastiques ainsi qu'un nouveau type de construction et modifie les expressions des inscriptions royales. Il choisit un site vierge pour établir sa nouvelle capitale Akhet-Aton ("l'horizon d'Aton").

On s'interroge toujours sur l'identité de Sémenkhkarê ainsi que sur les liens entre Amenophis IV et son successeur Toutankhamon qui mourut très jeune sans héritier.

Aÿ, certainement très âgé, monte sur le trône avant qu'Horemheb ne lui succède, quatre ans plus tard. Ce dernier fait construire des monuments dans le temple de Karnak et abandonne sa tombe de Saqqara pour être enseveli dans la Vallée des Rois.



La XIXe dynastie

Horemheb meurt sans héritier et c'est un de ses conseillers, un militaire qui avait assumé les fonctions de vizir, qui lui succède. Ramsès Ier est considéré comme le fondateur de la XIXe dynastie. Son épouse Satrê est la première reine à être inhumée dans la Vallée des Reines.

Son fils Séthi Ier rétablit les frontières de l'Égypte et mène des campagnes victorieuses en Asie occidentale. Il entreprend de grands chantiers de constructions dont celui du temple d'Osiris à Abydos et de la salle hypostyle de Karnak.

Le grand temple d'Abou SimbelRamsès II a déjà l'expérience du pouvoir lorsqu'il succède à son père pour un règne qui va durer soixante-sept ans. C'est le roi qui mena le plus de batailles (notamment contre les Hittites avec lesquels il finit par s'allier devant la menace assyrienne), qui fit édifier le plus de monuments (construction de la ville de Pi-Ramsès, des temples d'Abou Simbel,...) et qui eut le plus d'enfants.

C'est le treizième fils de Ramsès II, Mérenptah, qui succède à son père. Il se heurte à des forces hostiles en Syrie, doit affronter les Libyens et les Peuples de la Mer ainsi qu'une révolte en Nubie.

La succession de Mérenptah n'est pas clairement définie : l'héritier légitime Séthi II se heurte à Amenmès qu revendique également le trône.

À la mort de Séthi II, son fils Siptah n'est pas encore en âge de régner et la Grande Épouse Royale Taousert assume la régence.

La fin de la XIXe dynastie reste floue. Il semble que deux factions s'affrontèrent, l'une soutenant un nommé Sethnakht qui devint le premier pharaon de la XXe dynastie.



La XXe dynastie

Le "Grand Papyrus Harris" nous signale que Sethnakht réprima une révolte asiatique et assura les revenus des temples.

Son fils Ramsès III est le dernier pharaon victorieux de l'Empire égyptien fondé par Thoutmosis III. Il repousse les Peuples de la Mer et doit presqu'aussitôt affronter une révolte libyenne.
À la fin de son règne, un complot ourdi au sein de son palais est déjoué. Le compte-rendu du procès des conjurés est parvenu jusqu'à nous.

Les souverains qui se succédèrent ensuite portent tous le nom de Ramsès. Tous sont confrontés à des désordres à la fois intérieurs et extérieurs.
Avec Ramsès IX, les constructions reprennent, ce qui laisse supposer qu'il a pu régler les problèmes connus par ses prédécesseurs.

Le dernier pharaon de la XXe dynastie, Ramsès XI gouverne une Égypte dont la richesse, le statut et la position dans le monde antique ont sensiblement déclinés. Par contre, le clergé d'Amon a acquit un pouvoir qui lui permet de rivaliser avec le roi. Alors que Ramsès XI gouverne le nord du pays, Hérihor, grand prêtre d'Amon à Karnak, dirige le Sud.

Une nouvelle fois, le pays se divise, marquant la fin du Nouvel Empire.


Source :
"Le Nouvel Empire" par David P. Silverman dans "Pharaon", Paris, Flammarion et IMA, pp 48-55.

Voir aussi sur ce site :
- Le Nouvel Empire
- Nicolas Grimal, Histoire de l'Égypte ancienne (résumé) : Les Thoutmosides
- Nicolas Grimal, Histoire de l'Égypte ancienne (résumé) : Akhénaton
- Nicolas Grimal, Histoire de l'Égypte ancienne (résumé) : Les Ramessides


Les pharaons et l'Histoire : page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7

4/7

Imprimer la page Moteur de recherche Site : mode d'emploi Pour m'écrire Retour à la page d'accueil Retour à la page précédente Vers la page suivante