Le grand temple de Ramsès II : La partie supérieure de la façade



  • La frise de babouins

    Sur le long relief supérieur, seize cynocéphales de 2 m 30 de haut, se disposent en frise. Ils devaient être vingt-deux à l'origine. Ce sont les premiers témoins du lever du soleil. Les anciens Égyptiens firent du babouin l'emblème du soleil levant comme on le fit du coq dans nos régions. De plus, leur présence rappelait aux Nubiens que les singes faisaient partie du tribut réclamé par le pharaon.

  • La frise de la corniche

    Sur la frise de la corniche à gorge, de part et d'autre d'un court texte hiéroglyphique, se succèdent en bandeau ininterrompu les cartouches de Ramsès :

    Sur la gauche, du côté sud, le dieu Amon tient en main la croix ankh, la clé de vie. Il est accroupi sur le signe noub, hiéroglyphe de l'or qui donnera son nom à la Nubie, "le pays de l'or".

    Sur la droite, du côté nord, le dieu Rê-Horakthy, dans la même position, tient le sceptre ouser à tête de chacal. Devant lui, une plume d'autruche symbolise la déesse Maât. À la manière d'un rébus, l'ensemble donne le premier nom de couronnement de Ramsès, Ouser-Maât-Rê.

    Devant chaque dieu, un cartouche royal reprend en alternance le nom de couronnement complet du roi et son nom de naissance Râ-mes-s. Flanqué d'uraeus surmontés du disque solaire, il est répété à sept reprises de part et d'autre de la frise.

    La frise annonce déjà l'intention du roi : la partie sud du temple est dédiée au culte du dieu Amon, la partie nord étant consacrée au dieu Rê-Horakhty.

  • L'inscription dédicatoire

    En-dessous du tore, deux longues inscriptions hiéroglyphiques se répartissent symétriquement de chaque côté du signe ankh cental.

    Du côté sud, l'inscription évoque à nouveau Amon :

    L'Horus-faucon, taureau puissant, aimé de Maât, roi de Haute et de Basse-Égypte, Ouser-Maât-Rê-setep-en-Rê, fils de Rê, Ramsès aimé d'Amon, aimé d'Amon-Rê, le roi des dieux.

    Du côté nord, l'inscription est presqu'identique si ce n'est que Rê-Horakhty prend la place d'Amon :

    L'Horus-faucon, taureau puissant, aimé de Maât, roi de Haute et de Basse-Égypte, Ouser-Maât-Rê-setep-en-Rê, fils de Rê, Ramsès aimé d'Amon, aimé de Rê-Horakhty, le dieu grand.


    Sources :
    - Madeleine Peters-Destéract, Abou Simbel. À la gloire de Ramsès. Éditions du Rocher, 2003.

    Imprimer la page Pour m'écrire