Le grand temple de Ramsès II : le couloir d'entrée

La scène du Sema Taoui

Sur les côtés des trônes royaux, de part et d'autre de l'entrée, la scène du Sema Taoui, ("la réunion des Deux Terres"), où deux génies du Nil lient ensemble le lys et le papyrus, symbolise l'union de la Haute et de la Basse-Égypte et rappelle

le renouvellement perpétuel de Pharaon, lorsqu'arrivait l'Inondation.
Christiane DESROCHES NOBLECOURT, Le secret des temples de la Nubie, p.188

L'un des génies est coiffé de lys, plante héraldique de la Haute-Égypte, l'autre porte sur la tête une touffe de papyrus, symbole de la Basse-Égypte. Du pied, ils prennent appui sur l'image des poumons,

... appuyant sur eux comme sur une pompe, ils vont, par la trachée-artère qui s'en échappe, donner le souffle au cartouche royal figuré au-dessus, et, par là même, la vie à l'Égypte.
Madeleine PETERS-DESRÉRACT, Abou Simbel. À la gloire de Ramsès, p.166.

Le défilé de prisonniers

Sous cette scène, le couloir d'entrée est orné de bas-reliefs représentant, du côté sud, des captifs africains et, du côté nord, des ennemis de type asiatique.

À gauche, douze Nubiens portant une plume dans leur coiffure bouclée, l'oreille percée d'un anneau, sont attachés entre eux, au niveau des coudes et du cou, par des cordes se terminant par des lys.

La scène est dominée par une large bande hiéroglyphique :

Horus-Rê taureau puissant aimé de Maât, les deux maîtresses, puissant sur la terre noire, qui soumet les nations étrangères, roi de Haute et de Basse Égypte "Ouser-Maât-Rê-setep-en-Rê" fils de Rê, "ramessou-meri-Amon", aimé d'Amon-Rê, maître des trônes des Deux-Terres.




À droite, une scène similaire présente onze Asiatiques portant des coiffures toujours différentes. Ils sont entravés par des cordes qui se terminent par des ombrelles de papyrus.

Sur la partie supérieure du bas-relief, le texte hiéroglyphique est identique, si ce n'est que le roi y est dit aimé de Rê-Horakhty.




Sources :
- Christiane DESROCHES NOBLECOURT, Le secret des temples de la Nubie. Paris, éditions Stock/Pernoud, 1999.
- Madeleine PETERS-DESRÉRACT, Abou Simbel. À la gloire de Ramsès. Éditions du Rocher, 2003.

Imprimer la page Pour m'écrire